Le Jardin Extraordinaire

extrait du Télégramme le 3 août 2019

Le jardin extraordinaire tarde à pousser

Les botanistes passionnés de l’association « Jardins extraordinaires de Brest » ont fait partie des sept lauréats de la saison 1 du budget participatif. Leur projet de jardin exotique situé sur les falaises du port de commerce, près de la rue Poullic-Al-Lor, est même arrivé en tête des suffrages. À la clef, l’une des plus grosses enveloppes (120 000 €) mises en jeu.

Mais six mois plus tard, quand on surplombe le site, rien n’a bougé ou presque. Le lierre et la végétation enserrent toujours le belvédère à colonnette monté en pierres de Logonna, et la sécurisation de la rampe d’accès n’a pas commencé. Bref, les conditions ne sont toujours pas réunies pour envisager les premières plantations. « C’est un peu long à se dessiner », confirme Jacques Phillipot, le président de l’association, qui ne cache pas une certaine impatience.

 

« Un peu frustrant »


« On trouve que cela n’avance pas assez vite et c’est un peu frustrant », poursuit le bénévole. Il est vrai que la proximité de la villa Mathon, classée aux Monuments historiques, a un peu retardé les choses, car il fallait que les Bâtiments de France délivrent leur feu vert. Les études techniques de mise en sécurité et d’accessibilité du site prennent aussi du temps. En tout état de cause, les plantations ne devraient pas pouvoir commencer avant le début d’année prochaine, selon la collectivité. « Si cela se vérifie, c’est bien dommage. On aurait aimé planter fin août-début septembre. Car après, l’hiver vient vite et, pour des plantes subtropicales, il est trop tard ».

L’association aurait aimé pouvoir montrer suffisamment d’éléments remarquables pour les fêtes maritimes de 2020. « C’était un objectif intéressant à tenir, pour nous comme pour la Ville ». En attendant, les bénévoles passionnés ne restent pas inactifs. Ils ont réussi à collecter les 2 300 € nécessaires à l’acquisition d’un palmier très rare à la vente, le butiagrus, grâce à l’ouverture d’une cagnotte participative sur le net. Ils ont aussi des promesses de dons des jardins botaniques, de la Société française d’acclimatation ou encore d’associations horticoles. Jacaranda, doriantès du Mexique, jubaea du Chili et autres espèces exotiques n’attendent plus qu’à trouver leur place sur le plateau d’herbe qui surplombe les falaises.

© Le Télégramme https://www.letelegramme.fr/finistere/brest/budget-participatif-un-inventaire-a-la-prevert-02-08-2019-12353015.php#ZwHrMkZ6kwcquYWH.99

Voir l’article

Actualité estivale de Paule Kingleur

Les membres de la commission « embellir » connaissent bien Paule Kingleur, artiste associée qui a conçu et réalisé avec le CCQ-BC l’action « Brest rayonne » l’an dernier et « A pieds sur le pont » en 2017.

Cette année, son travail est à l’honneur dans le magazine été des Biocoops « Culture Bio ».

Nous espérons la revoir bientôt, pour un autre projet à l’occasion des Fêtes Maritimes Brest 2020.

Coeur de métropole – promenades urbaines

Carnet de route du parcours Gare/Port de Philippe et Brigitte

Thématique

  • Relation ville-gare-port

  • Evolution du port (accès au port, quai, port commerce, port plaisance…)

  • Evolution du quartier de la gare et ses espaces publics

Intervenants

  • Jérôme de Crignis (ADEUPA),

  • Bertrand Plewinski (STUDIO)

  • Katia Le Gall (Brest-Métropole)

Vous trouverez toutes les informations sur le site 

https://jeparticipe.brest.fr

Circuit de la promenade de 9h30 à 13h30

Départ 9h30 depuis les Capucins – 20 personnes (11 habitants, 3 intervenants, 6 étudiants)

Cours Dajot :

  • Peu de temps pour traverser le centre ville en NNO-SSE.
  • Petites rues pour relier le centre et le port.
  • Pour l’accès au port, on peut mettre 2 ascenseurs. Le 1er en bas du Cour Dajot serait foré à l’intérieur de la falaise pour le rendre invisible (pb Architecte des Bâtiments de France). Le 2ème est prévu près de la Carène. Une consultation publique doit avoir lieu en juin 2019.

Arrêt au monument US :

  • Le port correspond à l’entrée maritime de la ville.
  • Nouveau schéma à l’horizon 2040.
  • Nouvelle gare maritime au même endroit à l’éperon 1 avec un nouveau musée des Phares et Balises.
  • Trouver des parkings relais et moyens de transport pour éviter le stationnement sur le portière.
  • Le nouveau quartier après la Carène draine beaucoup de professions libérales et donc du public. Problème de transport pour tous et désertification du centre ville.
  • Essayer de ne pas privatiser tout le port pour laisser libre des passages vers la mer.
  • Créer un espace tiers lieu ouvert à tous qui serait un « Port-Center » soit derrière le grand large soit à la place des Phares et Balises quai Cdt Malbert.
  • Ramener les paquebots vers l’éperon 3 mais électrifier les quais pour éviter la pollution avec le fuel lourd – Attention au développement de la zone privatisée.
  • Garder les multiples fonctions du port en les mixant avec le nouveau quartier d’affaire.
  • Réunir les différents interlocuteurs du port (CCI, douanes, région…) pour créer un schéma cohérent.

Arrêt Kennedy :

  • Parc Alphonse Juin très et trop sombre.
  • L’avenue Révellière avec sa zone de stationnement coupe la coulée verte empêchant le passage du centre vers le port.

Gare :

  • A leur arrivée, les passagers ne voient pas la mer, ni le centre ville
  • Problème de transport, de signalétique.
  • Il faut réorganiser les flux.
  • Au niveau de la falaise côtière, éviter les constructions pour garder la continuité du corridor de verdure en gardant cet espace de nature comme le projet participatif du jardin extraordinaire.

Port au niveau du rond-point du gaz :

  • On se trouve à l’entrée de la zone portuaire avec des PME et PMI.
  • Le 5ème bassin correspond à de la petite réparation navale. Là aussi il faut essayer de réduire la privatisation du port en gardant son ouverture au public.
  • Face à la Carène, au niveau de la rue de Madagascar (dernier mur utilisé par les graffeurs), il y aura l’élévateur à bateaux.
  • L’entrepôt Damen est désaffecté.
  • Le nouveau quartier d’affaire avec les professions libérales doit permettre la mixité avec la petite réparation.

3ème éperon :

  • A la place des entrepôts frigorifiques qui ne servent plus, on pourrait mettre la petite réparation navale
  • Le hangar à « patates » est désaffecté

Port du Château :

  • Prévoir l’intégration des courses au large dans le cadre de la restructuration du port.
  • Ouvrir la jetée sud aux piétons avec une passerelle ou une navette fluviale pour admirer la ville depuis la mer.
  • Le bâtiment des Phares et Balises va être démoli.
  • Une première phase de travaux sur les quais a permis d’élargir les trottoirs entre le quai Malbert et le 1er éperon. Ce projet devrait se continuer jusqu’au bâtiment du Télégramme.
1ère phase de travaux entre quai Malbert et 1er éperon : zone piétonne + suppression du stationnement