Harteloire

Vidéo de la réunion publique sur la construction d'Adim Ouest VINCI à la place de la gendarmerie de l'Harteloire

Le jeudi 19 novembre 2015 à 19 h dans la salle de conférence du lycée de l'Harteloire, une réunion s'est tenue : Brest info propose un enregistrement vidéo de cette réunion :

Visible sur : https://www.youtube.com/watch?v=9hQczMxtDSk

losque

Qui êtes-vous ?
Votre nom: 
LOSQUE
Votre prénom: 
Josette
Votre courriel public: 
josette.losque@orange.fr
Vos engagements et loisirs
Votre qualité ?: 
conseiller

landard

Qui êtes-vous ?
Votre nom: 
LANLARD
Votre prénom: 
Patrick
Votre courriel public: 
patrick-lanlard@orange.fr
Vos engagements et loisirs
Votre qualité ?: 
conseiller

Pas de concertation pour l'urbanisation de l'ancienne gendarmerie de l'Harteloire !

Un appel d'offre concernant l'urbanisation de l'ancienne gendarmerie de l'Harteloire vient d'être lancé. Le CCQ de Brest-Centre n'a pas été invité à une consultation  voire une concertation pour participer à l'élaboration de ses spécifications.

Cet appel d'offre concerne un lieu de vie de taille respectable dans le centre. Il semble normal et nécessaire que les habitants puissent avoir la parole et contribuent à imaginer un nouveau quartier. 

L'immeuble Proud'hon reste dans notre mémoire : alors que la demande de permis de construire était en cours, ses plans nous ont été présentés. Le CCQ s'est étonné que dans un quartier en manque de stationnement, cet immeuble n'ait pas eu de contraintes plus fortes concernant la surface qui lui était affectée. Il était trop tard !

Le stationnement, la présence d'espace vert et/ou public, l'intégration avec son environnement, ... sont des sujets sur lesquels l'avis des habitants ne peut que compléter celui des experts et des élus.

Un article récent proposait de mettre en place une méthode et des outils de concertation avec la collectivité locale. Nous en avons en effet bien besoin.

Inès, Manon, Dune, Enora et Victor

"Le développement
durable, c'est se
construire un avenir.
Un avenir basé sur le
respect des
ressources naturelles
que l'on a tant pillées,
mais pas seulement.
C'est se construire
une équité sociale.
C'est aussi bâtir un
modèle économique.
Pour une société plus
respectueuse, plus
équitable, plus viable
mais surtout durable
pour un futur vivable."

 

Le développement durable

L'idée du développement durable a mis longtemps à émerger. Sans doute parce que c'est un développement compliqué, qui doit simultanément veiller aux intérêts de l'environnement, de la planète, et aux intérêts des êtres humains, de l'humanité.

C'est un développement qui doit prendre en charge énormément de critères différents: l'évolution de la population humaine et donc de ses besoins, l'exploitation des ressources naturelles, la croissance économique, la pollution, la préservation des éco-systèmes et des espèces, de la faune et de la flore ...

C'est en 1972, lors d'une conférence des Nations Unies à Stockholm, que l'on appellera ensuite le premier « sommet de la terre », que se fait la première prise de conscience: l'environnement est un patrimoine mondial essentiel à transmettre aux générations futures.

Un proverbe amérindien le disait déjà: « La terre ne nous appartient pas, ce sont nos enfants qui nous la prêtent. »

Mais il faudra attendre 1990 pour que des experts commencent à alerter la communauté internationale sur le réchauffement climatique et les dégâts des gaz à effet de serre. Et que les politiques s'en occupent sérieusement.

En 1992, deuxième « sommet de la terre» à Rio de Janeiro. Le terme « développement durable» commence à être connu. C'est là que sera acceptée par de nombreux pays la « Convention de Rio », qui contient tous les principes du développement durable.

C'est là que sera aussi lancé « L'Agenda 21 », un plan d'actions que pourra, par exemple, prendre une collectivité locale comme Brest. C'est la naissance d'une nouvelle démarche: « agir local, penser global ».

Une ville comme Brest peut intervenir sur beaucoup de plans en relation avec le développement durable: l'eau, les déchets, la pollution de l'air, les transports, les énergies renouvelables. Mais aussi le logement et la santé. Car le développement durable doit prendre aussi en compte les inégalités sociales.

Que des millions de personnes arrêtent de mourir de faim ou n'aient enfin accès à l'eau font partie des défis du développement durable.

La particularité la plus évidente du développement durable est que tout le monde est concerné: les élus, les politiques, les entreprises, les agriculteurs, les industriels, les associations et les citoyens.

Bien sûr, chaque pays a dorénavant son « Ministère de l'écologie et du développement durable ». Chaque ville dit rechercher l'équilibre entre les besoins de la population et l'environnement.

Sauf que les choses avancent très lentement, alors que la biodiversité est menacée à une vitesse alarmante. Et que des scandales continuent, même si des associations comme les Amis de la Terre ou Greenpeace sont très actives.

La forêt amazonienne, par exemple, continue à être détruite par les activités humaines. Alors que l'on sait très bien que les réserves de pétrole vont se tarir, que le nucléaire est dangereux, on ne met pas assez l'accent sur les énergies douces, les biocarburants.

On continue à pêcher des baleines, du thon rouge, alors que ces espèces sont en voie de disparition.

A cause du réchauffement climatique, une étude des Nations-Unies prévoit que

50 millions de personnes pourraient devenir des « réfugiés climatiques ». Elles seront obligées de quitter leur environnement, leur lieu de vie, à cause d'inondations, de la montée de la mer ou de l'avancée du désert.

Le développement durable est assurément le plus grand défi posé à l'humanité.

A priori, on n'a pas trop le choix, si on veut continuer à vivre, en harmonie, sur cette belle planète.

Alors on peut commencer par soi-même, en ayant de bons réflexes, comme éteindre les appareils en veille, baisser le chauffage, réduire sa consommation d'eau ou de papier, prendre les transports en commun, en préférant les fruits et légumes de saison. Voir en s'offrant un Noël plus écologiste.

Il nous faut être encore moins gaspilleurs, encore plus respectueux de la planète.

Visite de quartier: Bd Jean Moulin - 3 décembre 2011

Dans le cadre des visites qu'il effectue régulièrement au sein du quartier, Réza Salami ira à la rencontre des habitants, professionnels et acteurs du secteur du boulevard Jean Moulin samedi 3 décembre 2011 à 10h30. Il sera accompagné des référents du Conseil Consultatif de Quartier et d'agents de la mairie de quartier Brest-Centre.

Balade secteur Harteloire le jeudi 03 juin 2010

Le jeudi 3 juin à 17h30, les membres référents du CCQ ainsi que Réza Salami et l’IDP du secteur Louis Noël de Clerk, accompagnaient des habitants de l’Harteloire venus nombreux dans cette nouvelle balade de quartier. 
Place général de la Bollardière, les habitants ont suggéré à Jean Jacques Hillion, proviseur du collège-lycée de l’Harteloire, de diminuer l’intensité de la sonnerie de fin des classes et d’envisager pour les élèves un espace libre face à l’école.
La visite rendue à la maison de l’Europe témoignait de la dynamique de cette association, notamment à travers les cours de langues et animations proposées et à cette occasion, une meilleure signalétique du lieu était demandée.
Une commerçante rue Lannouron fait remarquer que le panneau « sens interdit » a été retiré à l’angle de cette rue. Une demande sera faite pour le remplacer rapidement et le souhait d’un stationnement minute devant les commerces sera également transmis à BMO. Un problème de stationnement à l’angle de la rue Lannouron/Blanqui a été signalé.
Des problèmes d’élagage d’arbres étaient montrés par les habitants de la rue Latouche Tréville, la mairie de quartier a pris note et fera le lien avec les Espaces Verts pour voir comment résoudre ce problème. La disparition du lavoir de la rue Portzmoguer laisse un espace libre qui pourrait être transformé en jardin ou encore en aire d’arrêt pour les parents déposant leurs enfants à l’école Ste Anne.
Sous le pont, il a été constaté que les escaliers étaient souillés par les déjections de pigeons et par un écoulement d’eau.
La balade a permis de découvrir un quartier sympathique qui s’étend entre la rue Jules Vallés et Delobeau avec ses maisons joyeusement colorées et le petit jardin Delobeau, du nom d’un ancien sénateur et maire de Brest. Ce charmant espace vert gagnerait à être équipé de grandes poubelles au lieu de l’unique corbeille actuellement présente ainsi que de sacs de déjections canines. Ce lieu est un petit paradis de verdure qui pourrait être aménagé partiellement en espace de jeux pour les enfants équipé de balançoire et toboggan, avec quelques bancs pour les parents et les promeneurs sans oublier un distributeur de sacs de déjections canines, ce lieu étant la promenade favorite des propriétaires de chiens.
Un arrêt au carrefour devant la gendarmerie a permis d’évoquer  le fonctionnement global du carrefour avec quelques difficultés signalées notamment aux heures de pointe : sortie de la rue Delobeau, utilisation du passage piéton par certains conducteurs venant de la rue Coppin pour éviter le feu, …
Après avoir constaté et souligné le mauvais état du boîtier électrique rue Rémy Coppin, le groupe s’est dirigé vers la rue Sheidhauer où une habitante a signalé l’absence d’élagage récent des arbres.
La balade se termine à la MPT de l’Harteloire, où la direction nous accueille avec sympathie et offre une collation à l’ensemble du groupe.
 

Visite de Quartier Harteloire 3 Juin 2010

La lettre de Brest-Centre n°6

Interview de Gaëlle Abily (Culture), La Halte, Rien sans Elles, visite de quartier de Kerigonan, mur végétalisé et fresque à Sanquer, AG Harteloire, escapades gourmandes à Brest-Centre

date parution: 
Juin, 2010

Visite de quartier de l'Harteloire (3 juin 2010)

Habitants du quartier de l'Harteloire,

Des questions sur votre quartier, des suggestions pour l'améliorer ?

Profitez de la visite de quartier de Réza Salami, adjoint au Maire de Brest en charge du quartier Brest Centre,

Jeudi 3 juin 17h30

Place du général de Bollardière (en face le lycée de l'Harteloire)


Des membres du CCQ de Brest-Centre, dont la référente pour le secteur, Jeanne Cornec , seront aussi présents, n'hésirez pas à venir dialoguer avec eux.

Itinéraire :

17h30: départ place du général de la Bollardière (devant le lycée de l'Harteloire),
17h30-17h45 : halte devant la maison de l'Europe,
18h00-18h15 : halte angle rue Blanqui et rue Lannouron,
18h30-18h45 : halte rue Portzmoguer devant l'ancien lavoir,
19h00-19h15 : halte angle rue Vallès et rue Delobeau devant le jardin,
19h30-19h45 : halte angle rue Coppin et rue Portzmoguer,
20h00 : arrivée  MPT-MJC Harteloire.