Crottes de chien

Deux initiatives du CCQ de Brest-Centre pour la place Nicolas Appert

Une demande porte sur l'installation d'un panneau d'affichage et l'autre sur la mise en place d'une demande de distributeur de sacs pour déjections animales.

Deux fiches dites "d'initiative CCQ"  ont été transmises à la mairie de quartier de Brest-Centre à destination des services concernés. La démarche veut que maintenant les élus et services nous donnent une réponse ... dans les meilleurs délais. Si cette réponse est positive, elle débouche sur la mise en place des projets, sinon des explications justifiant le refus nous sont fournies.

Nous ne manquerons pas de vous tenir au courant de ces demandes.

Vous pouvez obtenir plus de détails en ouvrant les fichiers joints

La lettre de Brest-Centre n°3

Les chiens... et leurs déjections... : entretien avec A-M Cibaud ; le PL Guérin, la MPT de l'Harteloire, Les épouvantails à Brest, histoire : le siège à Brest

date parution: 
Novembre, 2009

"Faire prendre conscience aux gens de leur responsabilité quand ils prennent un animal dans leur vie ..." - entretien Anne-Marie Cibaud

Entretien avec Anne-Marie Cibaud, vice- présidente de BMO à la propreté,  maire-adjointe chargée de la prévention et de la tranquillité urbaine (Jeanne Cornec et Alain Lambert)

article paru dans "La lettre de Brest-Centre

... les maitres doivent gérer leur chien : à partir du moment où on en fait l'acquisition, on doit s'obliger à en faire son éducation".
Tel est le credo d'Anne-Marie Cibaud qui engendre le choix de ses actions toutes tournées vers la prévention et la responsabilisation des propriétaires d'animaux.
Nous avions pris rendez-vous avec Anne-Marie Cibaud qui, par ses mandats tant à Brest qu'à BMO est l'élue en charge de ce dossier, pour évoquer les nombreuses remarques faites par les habitants  concernant la propreté et les risques de morsure.
Propreté des trottoirs et de la chaussée : "c'est un problème dont on est bien conscient et sur lequel on avance":

  • • les pictogrammes vont continuer à être présents d'une part par des campagnes, maintenant espacées tous les deux ans et d'autre part par un marquage systématique par le service "aménagement des rues" à chaque réfection de  trottoir,
  • • de nouvelles "boites à crottes" arrivent... Il devrait y en avoir une cinquantaine implantées d'ici peu en plus de la trentaine d'anciennes; plus voyantes, avec un récipient pour les déjections et un système pour diminuer le "pillage" des sacs. Elles sont vidées tous les deux jours ce qui est un gage de leur efficacité. Dans certaines rues, c'est le refus des habitants d'avoir un tel dispositif devant leur maison qui empêche leur implantation,
  • • des espaces pour chiens existent aussi mais sont peu utilisés,
  • • BMO est en recherche de solution de nettoyage notamment quand les voitures sont stationnées sur les deux côtés de la chaussée.

Les espaces verts : (ndlr: c'est là que le problème prend de l'ampleur d'une part parceque les maitres détachent souvent leur chien et que d'autre part les pelouses deviennent l'apanage exclusif des chiens). Une législation des parcs et des espaces verts est en cours d'achèvement et devrait prendre en compte ce problème.

Dangerosité : "il n'y a pas eu de graves problèmes à Brest même si on a parfois des soucis". Il y a bien 5 à 6_000 morsures déclarées aux docteurs et CHU mais la plupart ont été faites dans l'espace privé. "les chiens, même les caniches, doivent être tenus en laisse dans l'espace public". Il n'y pas de problème spécifique aux SDF.
La prévention : tous les six mois, se déroulera une journée "l'animal dans la ville et dans la vie". La première a eu lieu à Pontanézen récemment et a connu un grand succès. Toutes les facettes sont prises en compte : le maitre et ses obligations légales, sanitaires et morales, les dispositifs de BMO, le dressage des chiens, leur rôle social et affectif... La prochaine se tiendra place de la Liberté au cours du premier trimestre 2010. Bientôt, un livret reprenant leurs obligations, en cours d'élaboration, sera proposé aux maitres lors de ces journées.
et les rappels à la loi ? Ils sont inexistants et la police ne semble pas disposer de suffisamment d'effectifs pour faire ce travail.
En conclusion : une volonté de gérer les animaux par quartier (les problèmes sont différents rue de la République, cours Dajot ou bd Jean Moulin) et de faire confiance à la prévention tout en étant réceptif aux propositions des habitants.