Fresque

Une fiche sur les graffs

Pour information:

Suite à une fiche réalisée par le CCQ sur les Graff et les tags en 2011, les services jeunesse et culture devraient en février commencer à réfléchir sur une plateforme informatique pour mettre en relation les propriétaires de façades et les graffeurs, voulant embellir leur propriété.

Une fois le projet validé par la mairie, le CCQ Brest-Centre se propose de recenser avec l'aide du service Propreté les murs pouvant faire l'objet de graff en expression libre.

Si vous voulez voir quelques graffs à Brest, voici 2 sites internet:

 

 

CR du groupe Tag/Graff du 28 novembre 2012

Date réunion: 
Mer, 28/11/2012 - 18:30
Participants et invités: 

Mairie: Sabine Teurtrie (Culture), Erwan Here (Jeunesse), Elodie Cornec (Proximité), Sophie Salmon (excusée) (Propreté)

CCQ-BC: Jeanne Cornec, Philippe Saget

Ordre du jour: 

Echanger/partager les points de vue des services de la ville et du CCQ sur la fiche action rédigée par les membres du CCQ de Brest centre pour réduire le nombre de tags sauvages sur le quartier, améliorer le cadre de vie, engager un dialogue avec les graffeurs et valoriser leurs pratiques artistiques. 

 

Le CCQ a présenté deux options de travail qu’il a imaginées :

1.       Une mise en relation de propriétaires privés ayant des murs constamment tagués et des graffeurs qui souhaiteraient rendre plus visible leur pratique artistique dans la Ville,

2.       La ville dispose de bâtiments publics qui peuvent avoir des façades peu mises en valeur et taggés. Est-ce que la collectivité ne pourrait pas soutenir les graffeurs en passant des commandes à ces jeunes ?

Le service culture rappelle que le quartier de Brest centre est un quartier couvert par la ZPPAUP (Zone de protection du patrimoine architectural et paysager). L’architecte des bâtiments de France a donc un droit de véto sur tous les projets présentés. Avec l’expérience de Crimes of mind il s’avère que les projets présentés sous l’angle artistique et intégrés à leur environnement sont plus sujets à un accord de l’ABF.

Par ailleurs, Sabine Teurtrie précise que si des propriétaires privés font appel à des artistes, ces derniers sont en droit de demander une rémunération pour le travail fait (principal source de revenu pour les artistes). Dans ce cas quid du montage financier ?  Attention à la concurrence déloyale si un graffeur accepte de travailler gratuitement.

Le service jeunesse rappelle que la dynamique jeunesse a permis de partager les constats posés par les membres du CCQ. Deux axes de travail ont été définis : circonscrire les tags sauvages,  développer les possibilités d’expression de ces formes artistiques, soutenir et valoriser les jeunes dans leur pratique en mettant à leur disposition des murs expérimentaux clairement identifiés et gérés par les graffeurs eux-mêmes.

Elodie a eu un échange avec Sophie Salmon du service propreté. Elle a donc rapporté le positionnement du service. Le service propreté est en accord avec toute démarche qui vise à réduire le nombre de tags en ville. Il pourrait éventuellement donner des éléments sur des lieux qui sont régulièrement tagués (peut être en ciblant un secteur).

Décisions prises ou suites à donner à cette rencontre

Nous avons pu définir deux pistes d’action à partir de nos échanges :

1.       Développer un outil de mise en relation de propriétaires privés, désireux de valoriser leurs murs tagués,  et des graffeurs (plateforme internet, …). Une communication à travers les médias sera proposée par la mairie vers les habitants.

Le CCQ pourrait alors avoir un rôle de relais pour sensibiliser et mobiliser les propriétaires et les graffeurs de leurs réseaux (voisinage et autre). Il faudra trouver une forme de communication la plus large possible pour s’assurer qu’un maximum de graffeurs soient informés du projet (événements pour la 1er opération,  un site, créer une plateforme de mise en relation, avec infos sur les murs mis à disposition pour les tags ou grafs.

2.       Développer des espaces de libre expression sur le ville (trouver des murs, des espaces pour donner la possibilité à ces jeunes de pratiquer leur art). Attention à proposer des espaces sur lesquels il n’y a pas de projets à court ou moyen terme.

 Elodie proposera un rdv entre services pour voir comment on peut concrétiser ces deux pistes d’action. Un retour sur cette rencontre sera fait aux membres du CCQ Brest-Centre. 

En conclusion, le CCQ Brest-Centre propose que la Proximité propose ce projet devant l'ensemble des CCQ de Brest (c'est à dire en inter-quartier) afin de mobiliser les autres ccq volontaires pour trouver des murs expérimentaux et de s'affranchir des contraintes de la ZPPAUP, au moins au début du projet.

Résumé de la réunion: 

CCQ Brest-Centre propose que la Proximité présente ce projet en inter-quartier pour trouver des murs expérimentaux.