Parcours « Balcons sur la Penfeld »

Le parcours d’interprétation « BALCONS SUR LA PENFELD« 

La ville de BREST vient d’obtenir le 12 décembre 2017 le label «  VILLE D’ART ET D’HISTOIRE «  décerné par le Ministère de la Culture.

Il en découle une convention entre la ville et l’Etat pour une durée de 10 ans. BREST va devoir respecter une charte qui lui impose la mise en valeur de son patrimoine de ville palimpseste (un palimpseste est un manuscrit sur lequel on peut écrire puis ré-écrire en grattant la surface. La ville palimpseste désigne la capacité d’une ville à se construire à travers le temps).

Le parcours d’interprétation «  balcons sur la Penfeld  » est l’un des aspects des projets en cours. La Penfeld, bras de mer- rivière, est présentée comme le cœur historique de Brest. Elle sera le fil conducteur du parcours ainsi que l’arsenal, cœur vivant de Brest.

Parcours_BalconsurlePenfeld

Ce parcours invite à la contemplation, vue de la Rive Droite, en décryptant ce que l’on regarde. Il faut raconter une histoire, en la transformant un peu en personnage, afin de favoriser la mémoire collective. Cette histoire s’adresse au passant, au touriste mais aussi aux enfants.

Il y aura donc 9 station d’interprétation, véritablement 8 dans la mesure où la station tram des Capucins est une station d’information globale sur le parcours. La station Ateliers des Capucins vers laquelle toutes convergent est la plus développée et la plus importante.

Les noms des stations désignent soit l’élément structurant de l’interprétation, soit la zone sur laquelle elles se déploient (car les stations peuvent être composées d’un ou de plusieurs modules).

  • Le jardin des explorateurs: à l’embouchure de la Penfeld, dominant la rade de Brest permet de comprendre la naissance de la ville et son système de défense ;
  • La Tour Tanguy, placettes: la Tour remonte aux époques médiévales. Une statue en bronze de Jean Quéméneur et Fanny de Lanninon effleure la vie des marins de la « Royale » ;
  • Les ateliers des Capucins: histoire du lieu et de la construction navale (les hommes, le savoir-faire) ;
  • Le belvédère Césaria Evora: est un observateur naturel du paysage et de l’arsenal Rive Gauche. Il permet d’évoquer le bagne, la ville Arsenal et la grande grue ;
  • Le téléphérique boulevard Jean Moulin: offre une vue sur les ponts, tout en évoquant le pont à transbordeur ;
  • Le jardin du 2ème dépôt « La Cayenne «  : c’est le moment de parler plus longuement du quartier populaire et historique de Recouvrance qui était peuplé de marins et d’ouvriers ;
  • Le « point info » de la station tram des Capucins: porte d’entrée privilégiée au parcours dans la mesure où elle donne accès à des informations générales sur son tracé et ses contenus ;
  • Les remparts de Quéliverzan, le parc de Kervallon: ces remparts (avec ceux du cours d’Ajot) sont les derniers vestiges construits pour protéger la ville. Le parc jouxte les ruines de la demeure du corsaire Riou-Kerhallet ;
  • La porte de l’arrière-garde: au fond de la Penfeld. Après avoir contourné la montagne du Salou, la rivière vient mourir à cet emplacement qui accueille trois bassins de l’arsenal.

La réalisation technique du parcours a été présentée le 11 avril 2016, par trois cabinets d’architectes, à une commission composée de responsables du service du patrimoine de la ville, de membres des Conseils Consultatifs de Quartier (CCQ). A l’unanimité, il a été retenu le cabinet d’architecture les Conseils associés LINKS. Ce choix a été avalisé par les élus brestois.

Le parcours, long de 7 km, sera accessible à tous, il comprendra des stations homogènes cohérentes mais individualisées car différentes. Chaque station devra donner envie de découvrir la suivante. Elle sera réalisée en matériaux durables (tôle acier). Les formes seront différentes : triangle, balise et aussi forme voile pour une évocation de la construction navale. Certaines voiles verticales  comprendront un signal visuel tout en étant un support d’information (icono, texte, viseur, découpes, périscope). L’utilisation de la couleur orange sera privilégiée afin d’être repérable de loin.

Le planning de réalisation n’est pas encore arrêté.  Il devrait se faire en deux temps, les 5 premières stations citées sur cet article seront incluses dans la première tranche.

Le Conseil Consultatif de Quartier (CCQ) des Quatre Moulins a été pleinement associé à la réflexion, un membre du CCQ Centre y participait (station téléphérique Jean Moulin). Les membres seront attentifs à la réalisation de ce parcours historique et ludique à la fois, qui devrait permettre de poser un regard nouveau sur la ville.

Laisser un commentaire