CR réunion Déplacements – 24 avril 2018

  • Actions terminées : « à pied sur le pont », « parcours éphémères », « roses des temps éphémères »
  • Actions en cours : parcours piéton Albert1er/Ségalen, Rose des temps, carte dynamique de localisation des signalements (http://ccq-brest-centre.net/carte-du-groupe-deplacements).


12 participants dont Yolande Tarteret (interlocutrice de la Mairie du quartier Brest-Centre)

Philippe Saget rappelle d’abord :

–> les actions terminées  : « à pied sur le pont », « parcours éphémères », « roses des temps éphémères », puis transmet les informations sur

–> les actions en cours d’avancement :

  • concernant le parcours piétonnier de la place Albert 1° à la Fac Ségalen :

Ce projet a bien été pris en compte par la mairie et devrait être aménagé de façon pérenne après la déconstruction-reconstruction du gymnase Foch (Yolande Tarteret indique que la déconstruction est prévue pour commencer en 09/2018, qu’une présentation des travaux au CCQ est programmée fin 2018 et que la zone de dépôts de déchets verts derrière la piscine Foch est d’ores et déjà délocalisée à Cerdan). Cet aménagement n’est, à ce jour, pas budgété.

  • Les Roses des temps :

Le service Marketing Territorial de Brest Métropole (interlocutrice : Géraldine Bonneau) envisage de pérenniser la pose des Roses des temps et les cheminements piétonniers qui leur sont liés, à l’instar de ce qui existe à Grenoble. C’est techniquement possible, en utilisant la technologie commercialisée par la société Asphalt (publicité au sol). Il faudra bien sûr ne pas faire d’erreur sur les codes couleurs utilisés. Le projet serait de réaliser cela avant le passage à Brest, en juillet du Tour de France. L’association Bapav est partie prenante de ce projet.

  • Une carte de localisation dynamique devant permettre à chacun de signaler en ligne et localiser diverses informations et suggestions (telles que signalétique à améliorer, implantations d’arceaux à vélos…) a été créée. Elle se trouve sous l’onglet « Déplacements » du site internet (http://ccq-brest-centre.net/carte-du-groupe-deplacements)

Différents intervenants apportent des informations ponctuelles que l’on peut regrouper par thèmes :

  • concernant le stationnement sauvage sur les trottoirs (ou/et autres stationnements gênants) :

* Boulevard Jean Moulin, certaines voitures longues en stationnement débordent tellement sur la piste cyclable (partagée avec les piétons) qu’elles gênent (ou bloquent) le passage entre elles et le mur

* Sur le triangle entre Rue Voltaire et Rue de Denver, en bas de la Rue Voltaire, de plus en plus de voitures stationnées finissent par gêner les véhicules qui veulent circuler, en particulier ceux qui veulent tourner de la Rue de Denver vers la Rue Voltaire

* Stationnements gênants signalés Rue Colonel Fontferrier

* Rue Yves Collet, le long du mur du cimetière, il est fréquent que des piétons marchent sur la piste cyclable, ayant négligé de traverser la rue pour marcher sur le trottoir d’en face.

Zoé, voiture électrique blanche munie de gyrophare orange et de caméras, à titre expérimental pour 2018, sillonne la ville pour repérer les véhicules en stationnement gênant (en particulier sur les trottoirs), photographier le véhicule et sa plaque d’immatriculation et verbaliser.

Il est rappelé que lorsqu’une infraction, du type stationnement sur trottoir est constatée, il est toujours possible d’en avertir, par téléphone, sms ou courriel, les agents du domaine public, via la mairie de quartier.

  • concernant les traversées piétons ou/et zones piétonnes :

* La traversée du Boulevard Jean Moulin, près de la gare du téléphérique est potentiellement dangereuse car l’attention des automobilistes n’est pas suffisamment attirée par le panneau indiquant qu’il s’agit d’une zone piétonne, l’addition d’un marquage au sol serait susceptible d’attirer plus l’attention des automobilistes et ainsi d’améliorer la sécurité des piétons.

* Rue de Siam, les panneaux avertissant les automobilistes qui circulent dans les rues perpendiculaires, sont bien présents, mais parfois masqués par des poubelles ou des véhicules en stationnement non autorisé, leur doublement par une signalétique au sol pourrait contribuer à rendre le message plus visible. Une signalétique au sol destinée aux piétons pourrait aider ceux d’entre eux qui sont doués de civisme à mieux comprendre l’usage de chaque endroit (en particulier quant aux règles de priorité pour les traversées de rues perpendiculaires).

* Rue Comtesse Carbonnières, piétonne mais voie d’accès au parking payant souterrain ; des automobilistes s’y engagent puis, refusant le stationnement payant, entreprennent des manœuvres (marche arrière ou demi-tour). Certains volumineux camions frigorifiques s’y arrêtent pour livraison, obscurcissant alors les commerces de rez de chaussée et enfumant les appartements de 1° étage, alors qu’il semblerait possible qu’ils se garent un tout petit peu plus loin, ce qui ne gênerait alors personne.

* Rue Marie Leneru, manque la matérialisation au sol d’un passage piéton.

* Place Nicolas Appert, manque un passage piéton entre centre et périphérie ; Yolande Tarteret indique qu’il va être réalisé prochainement.

* Le problème de l’opportunité d’un nouveau passage piéton face à la sortie du magasin Leclerc, Rue Dupleix où beaucoup de piétons traversent hors des clous est à nouveau évoqué : faut-il en priorité, à partir de ce constat protéger ces piétons, ou appliquer à la lettre le texte du code de la route.

* Le CHU a fait la demande d’un nouveau passage piéton Rue de Glasgow.

* Un horodateur gênant va être déplacé, Rue Michelet.

Il est signalé qu’à plusieurs endroits (près de l’Hôtel Continental, à St Martin, bas de la Rue du Château), des conteneurs à verre enterrés sont souvent saturés, ce qui génère des dépôts autour du conteneur avec risque de bris de verre, de blessures et gène à la circulation piétonne à proximité. Solutions possibles : plus de tournées de collecte, plus de conteneurs (coût ?) mais surtout favoriser la mise en œuvre rapide des circuits lavage-recyclage par la consigne des bouteilles en verre comme le souhaite le gouvernement et comme le prescrit le bon-sens.

  • concernant les besoins des cyclistes,

* Il n’a pas été fait de recensement exhaustif et de cartographie des arceaux à vélos, mais l’impression générale est qu’il n’y en a pas assez.

* Le parking à vélos couvert de la gare semble n’être pas toujours bien utilisé, certains s’arrangeant pour bloquer une place même quand leur vélo n’y est pas.

 

La prochaine réunion est programmée pour le 13 juin à 18 h 30