"Croire en l'intelligence collective …"

Article paru dans " La lettre de Brest-Centre " n°7

Une rencontre, le 14 septembre,  avec Michel Joanny, vice-président transports et voirie à BMO nous a permis d'évoquer différents aspects des "déplacements" dans Brest-Centre. Nous avons répété notre regret de ne pas avoir plus de dialogue avec ses services. Il a été convenu de se réunir pour y remédier.
 Nous ne connaissons pas, en effet, les projets en cours qui pourraient nous être soumis ni leur calendrier. « Il y a malentendu, dans d'autres quartiers (Saint-Pierre, Saint-Marc, …) les remarques des Conseils de Quartier ont été prises en compte ».
Tramway-bus : il est trop tard pour faire entendre notre voix : la conception d'un tel réseau est chose compliquée. Brest se transforme, les habitudes des usagers évoluent : une politique d'amélioration doit se mettre en place, nous souhaitons y participer. « L'amélioration est incluse dans le contrat de Bibus et c'est son intérêt s'il veut avoir des voyageurs ». Pour le CCQ, l'avis des utilisateurs est plus important que la rentabilité de Bibus et c'est BMO leur interlocuteur. Dès maintenant les critères de qualité, les données de Bibus permettant de les vérifier devraient être rendues publiques comme cela se fait à Rennes. « Il faut travailler sur comment le CCQ participera à l'amélioration, pour moi à travers la phase de concertation actuelle, l'amélioration fonctionne déjà; concernant l'accès aux données publiques de Bibus, ce n'est pas prévu dans le contrat et c'est en discussion »
 Vélo : Faute de public (cyclistes,  piétons ou automobilistes) à nos réunions, nous n'avons pas pu répondre à la seule consultation. Ce n'était pas faute de remarques : deux voies seulement (Foch et Yves Collet), rupture près des carrefours et rond-point (Yves Collet), pas de continuité entre les voies, marquage restreint et peu voyant, pas de parking à vélo...
« Il nous a fallu du temps pour mettre en place le schéma vélo, réalisé en concertation avec les associations intéressées et adopté au conseil BMO de juin. Un comité de pilotage va rendre le travail plus dynamique. Le centre-ville, de par sa configuration rend difficile la mise en place de voies. Nous allons vers des espaces « calmés » (30 km/h) ou  de « rencontre » (20 km/h) où le vélo peut cohabiter avec les autres modes de déplacement. Une somme de 100 000 €/an est allouée au plan vélo et vient compléter les budgets mis en œuvre lors de la réfection ou des aménagements de voirie. Des garages à vélo sont prévus à diverses stations du tram. Une réflexion est ouverte sur la possibilité d'en créer d'autres dans des pas de porte  non utilisés ».
Stationnement : Aucune évolution importante n'est prévue pour la délimitation des zones et pour leur tarification qui devrait suivre le coût de la vie. Il n'y aura aucun nouveau parking relais autre que ceux qui seront construits pour le tram. Un « piaf » (horodateur) plus moderne va arriver.
Travaux : les usagers voudraient une vue globale et un calendrier prévisionnel des travaux (autres que ceux du tram) dans leur quartier. « Il y a une réunion d'harmonisation toutes les 3 semaines entre les différents services  avant chaque gros chantier (Le Forestou, Sébastopol), une réunion publique permet de présenter ses différentes étapes ; les infos des travaux sont communiquées aux journaux et à la mairie de quartier qui a en charge l'information des riverains. Sur le site internet de la ville de Brest (www.brest.fr/cadre-de-vie-deplacements/chan​tiers.html) les chantiers les plus importants sont notés. Il faut comprendre qu'il est difficile de maintenir ces informations vu les aléas rencontrés dans la réalisation des travaux ».
De notre entretien, deux idées émergent :
- il n'y a pas d'opposition politique à un dialogue CCQ - service Déplacements,
- Brest Centre-Ville n'existe pas en tant que quartier : c'est une place vers laquelle convergent tous les bus, un axe avec un tramway et de petites rues où les déplacements sont difficiles; certains secteurs sont avantagés par cette concentration mais les aménagements et la concertation sont d'abord pour les usagers qui viennent dans le centre de Brest. Notre quartier a décidément bien du mal à exister.